L'ENVIE D'APPRENDRE

L'ENVIE D'APPRENDRE

Développer l'esprit critique

Blog image esprit critique.png

 

Les opinions, les avis sont souvent des espaces de désaccords voire de conflits ou plus simplement des enjeux de communication entre les êtres. Ancrés dans nos croyances, nos repères éducatifs, nos perceptions, nous avons des idées reçues dont nous ne connaissons pas toujours la provenance ni l'origine.

Pourtant, certaines pensées sont bien installées dans le cerveau et prennent à notre insu, sans même que nous ayons à intervenir, des décisions pour nous. Nous ne bénéficions même pas d'un temps minimum pour faire un choix, à savoir si oui ou non ces pensées, croyances, idées, nous conviennent réellement. Combien de fois, avons nous eu à regretter tel agissement, tel choix ou telle pensée.

 

Il y a consensus des sociologues, anthropologues, psychiatres, neuroscientifiques: nous sommes soumis à des automatismes mentaux, dont l'origine provient des connexions neuronales, qui ne nous laissent pas de choix, sauf celui, éventuellement de "résister" comme dirait Olivier HOUDE. Cela consiste en toute conscience de ne pas subir ces automatismes.Notre cerveau est équipé d'une zone cérébrale nommée "cortex préfrontal inférieur" qui va prendre le dessus sur nos automatismes mentaux et induire une réflexion, un discours qui va nous ouvrir à des choix. Il est nécessaire d'effectuer un acte conscient de résistance pour pouvoir accueillir ce que nous envoient nos mécanismes mentaux, puis, accepter un temps qui nous permettra d'accéder à un espace neuronal situé à l’opposé du néocortex préfrontal.

 

C'est là que nous évitons aux réflexes neuronaux d'en décider, malgré nous, et de nous entraîner dans nos déterminismes intérieur.

Notre analyse des situations se dirige vers des automatismes mentaux. Le cerveau cherche par soucis d'économie, le chemin le plus court. Il préserve son énergie. Le chemin le plus court est pour le cerveau le  le moins consommateur. Le cerveau saisit donc comme par réflexe la pensée, croyance ou perception la plus accessible en s'abstenant de toute analyse.

 

Nous ne devons donc pas nous abstenir de reconnaître et d'identifier ces automatismes, de les freiner afin de nous donner le temps de la réflexion et de l'analyse. Cela pour ne pas être crédule. Cela pour préserver une pensée libre, c'est à dire profondément en adéquation avec ce que nous sommes.

 

Article inspiré par le dossier "Les neurones d l'esprit critique" de Sébastien Bohler - magazine Cerveau & Psycho n° 72 de décembre 2015.



04/01/2016
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 6 autres membres